Véro et Tamer

Publié le par aliyous

 

 

dernier commentaire posté le

24 mai 2010

 

VERO ET TAMER

 

 

 

le 3 juillet 2007  

Par où commencer, par quoi? Peut être tout simplement par ce sentiment de « paix intérieure », bien qu’ après bientôt 2 ans il fasse parti de la routine, il me suffit d’entendre une mélodie bien familière que j’écoutais dans l’avion a chaque fois que je rentrais d’Egypte pour me rappeler ce sentiment de vide. Les allers retours ont étés nombreux, par chance…près de 19 fois en 2 ans grâce à un chef très compréhensif et mon ancien travail dans une compagnie aérienne qui dessert le Caire.

 

En effet j’ai rencontré Tamer en 2003 pendant mes vacances à Sharm el Sheikh. Contrairement aux autres petits play boy Egyptien je le trouvais différent, il n’était pas dragueur, il était plutôt discret et sûre de lui. Je le regardais un peu comme une enfant regarde les grands… J. 1 semaine en Egypte, rien ne se passe sauf un ch’tit bisou dernière minute la veille de mon départ. 2 semaines plutard me revoilà a l’aéroport, seule, direction le Caire pour rejoindre cet homme que je connaissais… « A peine ».

Après ces nombreux vas et viens, des tonnes d’emails, des factures de téléphone avoisinant les prix de billets d’avion la question se pose…Combien de temps va durer cette situation ? Pourquoi ne pas lui faire découvrir mon pays ! Visa touristique refusé, 1 fois, 2 fois… A ce moment là on commence a ouvrir les yeux sur un monde un peu moins rose (rempli d’obstacles ?), et nous étions loin d’imaginer le reste….Ahhhh l’amour hors normes !

Un mariage ? non….ma famille n’était déjà pas très emballée par cette relation et puis moi meme je n’avais jamais été « pour le mariage» mais avec le temps je ne voyais plus la situation du même œil…que faire ? Nous séparer ? alors la pas question! alors hop ! On se jette à l’eau (sans regret ;-))

Je vous épargne les détails sur les démarches (interminables), l’accueil au consulat (pitoyable…et là.. je reste polie). Mais je n’oublierais jamais, JAMAIS ! Le jour ou Madame Binio me téléphone pour me dire que je pouvais passer « signer » (officiellement nous marier). Elle m’a annoncé ça comme si je venais signer un vulgaire contrat d’assurance, ou ouvrir un nouveau compte en banque. Moi, fille unique, je me suis marié sans mes parents, sans famille dans un vulgaire bureau. Tout simplement car cette chère Madame Binio ne pouvait pas nous donner de date « précise ». Merci !

Je reproche à la France de ne pas assez entourer les couples mixtes qui désirent se marier, de ne pas suffisamment les informer sur les démarches. Néanmoins je suis bien consciente qu’il y a souvent des abus, notamment quand il y a des grandes différences d’age. Mais à partir du moment où il y a consentement mutuel, personne n’a rien à dire. Ça ne sert a rien de donner un « protocole » a suivre, une notice d’explication car chacun est différent, que ce soit un étranger ou non. Chacun doit vivre son experience personnelle. C'est bien d'avoir des conseils, de partager des choses avec des personnes qui vivent la meme chose mais il ne faut pas oublier que chaque personne est differente, qu'on a toute notre histoire et notre facon de la vivre. Ma relation n’était pas vue d’un très bon œil dans mon entourage et c’est pour cela que dans mes moments de doutes je ne cherchais jamais de conseil, d’avis auprès d’eux. C’était ma relation, ma vie et ma décision et je ne voulais surtout pas me faire influencer. Encore maintenant, si nous avons des problèmes (et oui…nous on avons, après tout nous sommes un couple normal !) je garde ça pour moi. Car au regard des gens qui m'aime, je serais toujours en meilleure position que lui, quelques soit mes tords et malgré que ma famille l’apprécie beaucoup (et oui avec le temps :-)

Donc voilà, Tamer est en France depuis 2 ans, travail depuis 1 an (entant que Barmain dans un Casino en Suisse). Nous avons eu une période d’adaptation difficile. Pour lui nouveau pays, mentalité et beaucoup moins de liberté qu’en Egypte (contrairement a ce que pense beaucoup d’étranger !). Pour moi, tout simplement, je n’étais plus seule dans cet appartement et dans la vie. Desfois il me disais que j'etais differente en France, mais lui aussi l'etait..fini les vacances! Tout est rentré dans l’ordre quand Tamer a trouvé du travail, il a retrouvé sa place « d’homme » au sein de notre couple et c’est fait un cercle d’ami.

 

Pour conclure (ouf !J). Si un jour nos chemins devaient se séparer (et oui on ne sait jamais…) je n’oublierais jamais ce que cet homme et son pays m’on apporter. Ils font parti de moi et j’ai du mal à imaginer ce que serait la vie sans lui.

 

Si je peux me permettre de donner un conseil a toutes celles qui sont dans ma situation :

Dialoguer un max, détail déjà important dans un couple « normal » mais indispensable dans un couple mixte !

 

Moi j’ai appris à vivre à la Inch Allah ! Ce poser trop de question ce n’est pas bon pour la santé J (mais bien sur c’est normal…)  

 

 

Voir les commentaires et participer

 

 

 

 

 

Publié dans Témoinages

Commenter cet article

Veronique 04/03/2011 08:05



Bonjour!! Je viens tout juste de voir ton message! oui, presque 1 an après....désolée! Je ne sais pas si ta question est toujours d'actualitée mais, notre cas est un peu spécial. En effet c'est
possible qu'un étranger avec une carte de séjour travail en suisse mais c'est assez exceptionnel. Je suis de double nationalité suisse/française et à l'époque mon employeur (nous travaillons
ensemble) à "monté un dossier complet" (avec la photocopie de ma carte d'identité suisse...) pour obtenir le permis de travail de mon mari...on a eu beaucoup de chance!


Bonne continuation à tous


Véro


 



celtam 23/05/2010 11:44



A Véro et Tamer


Votre témoignage date de 2007 mais j'espère que vous pourrez avoir ce commentaire car j'ai une question suite à la lecture de votre témoignage concernant le travail en suisse.


Je me suis laissée dire qu'un égyptien marié à une française ne pouvait pas travailler en suisse ... un égyptien vivant en suisse oui mais vivant en france, parait que seuls des gens de l'espace
schengen peuvent travailler en suisse ? avez-vous des réponses ? ... étant frontalière, si mon ami égyptien et moi décidions enfin d'une vie de couple, la suisse était pour moi la solution pour
qu'il trouve un travail ...


Si d'autres ont des infos à ce sujet, je suis preneuse biensur.



aliyous 29/04/2010 14:50



Pour réagir à cet article cliquer plus bas sur "écrire un commentaire"